Aller au contenu principal

Votre croissance passe aussi par nos lignes ferroviaires

Maîtriser la végétation sans nuire à la biodiversité : le défi de SNCF Réseau

Publié le 09/09/2021 mis à jour le 09/09/2021

SNCF Réseau adapte ses méthodes pour maîtriser la végétation sur ses voies et aux abords, pour respecter les exigences croissantes en termes de biodiversité. Pas si simple, compte tenu des impératifs ferroviaires.

Sur les lignes circulées, les équipes chargées de la maîtrise de la végétation ont d’abord pour objectif de garantir la sécurité et la régularité des trains. Impossible pour elles de laisser des broussailles envahir les voies ou des arbres risquer de chuter sur les caténaires. En outre, le linéaire de voie à entretenir est si important (28 000 km de lignes et 88 millions ha de dépendances vertes) que cela relève souvent du casse-tête de planifier tous les travaux en dehors de la période printemps/été, où de nombreuses espèces se reproduisent.

Lire la fiche sur la maîtrise de la végétation

 

Conjuguer sécurité ferroviaire et protection de la biodiversité

Pourtant, dans le cadre de la démarche Act4Nature International, SNCF Réseau s’est engagé à :

  • sensibiliser ses agents de maintenance à des méthodes plus douces et raisonnées de maîtrise de la végétation 
  • réduire l’utilisation de produits phytopharmaceutiques de synthèse, et à ne plus en pulvériser systématiquement sur la largeur de la plateforme ferroviaire 
  • favoriser la biodiversité sur les emprises par le développement d’une gestion raisonnée de leurs espaces verts d’ici 2025, en particulier dans les gares franciliennes (objectif 100 %) et sur les sites ferroviaires (objectif 50 %) 
  • soutenir la recherche et à expérimenter des solutions pour lutter contre les plantes invasives, et pour mieux intégrer la biodiversité en milieu urbain

 

Objectif zéro phyto

SNCF Réseau a pris l’engagement de sortir du glyphosate dès 2021 et de tendre à terme vers le zéro phyto conventionnel.

Consultez la charte d’engagements > 

 

Focus sur 4 actions qui montrent que, sur le terrain, les équipes de maintenance relèvent le défi.

[Auvergne Rhône-Alpes] Une application pour l'écopâturage, pour un partenariat gagnant-gagnant entre SNCF Réseau et les bergers locaux

D’un côté, les agents chargés de maîtriser la végétation aux abords des voies qui cherchent des solutions écologiques, peu coûteuses mais efficaces pour maîtriser la végétation sur leurs emprises. De l’autre, des éleveurs qui ont besoin de quelques hectares supplémentaires pour faire brouter leurs chèvres ou moutons. Une application appelée "Mon berger local" permet de mettre en relation les deux parties. La mise en place de solutions d'écopâturage est ainsi facilitée.

 

[Bretagne Pays de la Loire] Des chantiers-écoles sur les lignes non circulées

Comment maîtriser la végétation sur des lignes non circulées, à moindre frais mais de façon écologique, sans porter atteinte aux espèces menacées qui y trouvent refuge ? En Pays de la Loire, la solution passe par des lycées agricoles.

 

[Normandie] Des chevaux au service de SNCF Réseau

Cheval en plein débardage de bois sur la ligne Trouville-Dives

  • La problématique : Pour extraire le bois coupé le long des voies ferrées, des engins de débardages sont nécessaires. Ceux à moteur sont plus efficaces mais ont recours aux énergies fossiles et, quand la configuration des lieux est complexe, ils peinent parfois à contourner des équipements ferroviaires fragiles. 
  • La solution : Les agents chargés d’entretenir les abords de voie près de Lisieux (14) ont parfois recours à des chevaux de débardage. Depuis deux ans, ces animaux interviennent sur quelques lignes et gares de triages, pour des chantiers de maîtrise de la végétation.
  • Les bénéfices attendus : Moins d’équipements détruits et une utilisation limitée d’engins à moteur thermique. Les chevaux permettent par ailleurs d’intervenir sur des talus instables, difficilement praticables pour des engins mécaniques.
  • Les prochaines étapes : Les chevaux s’apprêtent à œuvrer sur de nouveaux secteurs, près de Caen.

En savoir plus sur les chevaux au service SNCF Réseau 

 

[Grand Est et PACA] Jouer la concurrence avec les plantes exotiques envahissantes

Les plantes exotiques envahissantes posent un défi supplémentaire aux équipes de maintenance des voies de SNCF Réseau. En plus d’appauvrir la biodiversité, elles poussent vite, masquent des signalisations et sont difficiles à déloger, surtout sans produits phytopharmaceutiques. C’est tout l’enjeu des expérimentations menées dans les régions Grand Est et PACA, en partenariat avec des chercheurs.

Ces travaux sont au cœur du programme de recherche sur les espèces exotiques végétales envahissantes (REEVES), porté par SNCF Réseau et auquel sont notamment associés l'Université de Lorraine, l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie, et la Direction de la zone d’ingénierie Nord-Est Normandie de SNCF Réseau. L’objectif est de pouvoir transposer les résultats du projet, prévu pour durer jusqu’en 2023, à d’autres régions. « REEVES répond à un triple enjeu : assurer la sécurité des agents, garantir la sécurité des circulations et protéger la biodiversité », explique Laurent Bourgeade, Directeur de la zone ingénierie Nord-Est-Normandie.

En savoir plus sur le programme REEVES de SNCF Réseau > 

 

Retour en haut de page