Aller au contenu principal

Votre croissance passe aussi par nos lignes ferroviaires

Securite et prévention des risques ferroviaires

Les passages à niveau 

L’entreprise fait de la sécurité aux passages à niveau une de ses priorités et renforce chaque année sa politique de sécurisation et de prévention

Le réseau ferré exploité compte 15 000 passages à niveau, franchis chaque jour par 16 millions de véhicules. Cela représente 400 000 fermetures de barrières par jour. 

On compte chaque année plus d’une centaine de collisions aux passages à niveau et 42 personnes y ont malheureusement perdu la vie en 2017. En 10 ans, le nombre d'accidents aux passages à niveau a diminué de près de 50%. Avec ses partenaires, SNCF Réseau poursuit ses efforts pour progresser encore dans cette voie.

Des passages à niveau ayant connu un nombre moyen d’incidents par an important, ou ayant des trafics routiers et ferroviaires particulièrement élevés sont identifiés dans le programme national de sécurisation qui a pour objet de prioriser leur suppression ou d’améliorer leur équipement. Ainsi début 2018, 158 passages à niveau étaient inscrits au programme national de sécurisation (contre 437 en 1997).

La suppression ou l’amélioration des passages à niveau implique l’engagement des collectivités territoriales concernées, de l’État et de SNCF Réseau, qui co-financent les travaux. Le processus peut prendre plusieurs années et représente de lourds investissements. C’est pourquoi SNCF Réseau engage d’autres actions en parallèle :

  • ne pas créer de nouveaux passages à niveau ;
  • mener des études et des expérimentations pour trouver de nouvelles solutions d’amélioration de la sécurité : 
    • expérimentation de dispositifs de détection d’obstacles sur les voies permettant d’anticiper les risques de heurts
    • équipement des feux routiers par des lampes à diodes améliorant la visibilité
    • mise en place d’autocollants « barrières cassables »
    • aménagement des barrières par l’ajout de lamelles souples empêchant les piétons de traverser ou mise en place de dalles anti-intrusion dissuadant les piétons de traverser les voies depuis un passage à niveau pour rejoindre le quai d’une gare

 

Le domaine ferroviaire 

Les équipes de SNCF Réseau agissent pour réduire toujours plus le nombre d’accidents liés aux traversées des voies en gare par le public (3 accidents mortels en 2017 sur des traversées autorisées, 12 accidents dont 9 mortels liés à des traversées sauvages des voies  - hors suicide). Les gares sont progressivement équipées de passerelles ou de passages souterrains. La signalétique est aussi repensée pour mieux attirer l’attention des voyageurs. Les usagers doivent respecter la signalétique et être attentifs aux annonces sonores qui peuvent être faites en gare (arrivée d’un train, passage d’un train sans arrêt).

 

Rester vigilant pour éviter les accidents

En gare, les voyageurs peuvent être exposés à certains dangers s’ils ne respectent pas les consignes de sécurité. L’effet de souffle lié à la vitesse de passage des trains peut aspirer une personne debout à moins de 1,50m des voies. Il existe aussi un risque de heurt par un train si l’on reste trop près de la bordure du quai, ou si l’on franchit les voies en dehors du passage aménagé. Généralement, ce type d’accident est lié à l’imprudence ou à l’inattention des victimes (50% des cas).

Le domaine ferroviaire est constitué des gares, voies ferrées, ponts et tunnels, sites techniques (maintenance des trains par exemple) et de leurs abords. Seules les gares sont accessibles au grand public : hall, quais, souterrains, passerelles aériennes, traversées de voie à niveau pour le public. Il est strictement interdit et extrêmement dangereux de s’introduire dans le domaine ferroviaire en dehors de ces zones.

Néanmoins plus de 10 000 intrusions sont constatées chaque année. Toute personne est considérée comme intruse dès lors qu’elle pénètre, circule ou stationne sans autorisation dans les zones interdites au public. En 2017, 55 accidents mortels (dont 9 par électrocution) et 34 blessés graves (dont 8 par électrisation) sont à déplorer. Ces accidents sont liés à des causes multiples comme un cheminement plus court, une inconscience du danger, des jeux dangereux (« train surfing ») ou encore l’« urban exploration ». 

 

Les campagnes de prévention 

Un passage à niveau n’est pas un carrefour routier ou piéton comme un autre, mais il n’est pas dangereux si on le traverse en respectant la signalisation. Or, les collisions aux passages à niveau sont dues à 98% au non-respect par les usagers des règles de sécurité routière du code de la route (soit délibéré, soit par inattention). Aujourd’hui encore, 20% des Français déclarent avoir déjà franchi un passage à niveau en ne respectant pas la signalisation (source étude TNS Sofres, juillet 2015). La prévention est donc un axe fondamental de la politique sécurité menée par SNCF Réseau, qui a lancé en 2008  la journée nationale de sécurité aux passages à niveau.

« Feux clignotants = arrêt absolu. Ne risquez pas votre vie aux passages à niveau, respectez le code de la route ! ». C’est le message de la campagne co-signée avec la sécurité routière et portée par un film fort et percutant mettant en scène un cascadeur.

 

Des actions de prévention sont également réalisées à destination des transporteurs de voyageurs (autocars) et convoyeurs exceptionnels. Nos partenaires - le ministère de l’intérieur (DSR), le ministère des transports, la fédération des transporteurs routiers (FNTR), l’Aftral (formation professionnelle des conducteurs routiers), la Fédération Nationale des Travaux Publics et l’International Road transport Union - se sont tous engagés à diffuser largement ces supports.

SNCF Réseau mène aussi des campagnes de sensibilisation en gares qui mettent l’accent sur les risques présents lors de la traversée des voies en gare  et rappellent les règles à respecter dans ce cadre :

  • il faut toujours emprunter le passage balisé pour franchir la voie et marquer l’arrêt avant de traverser;
  • si le passage est équipé de signaux lumineux, la traversée est interdite dès qu’ils clignotent (arrivée imminente d’un train);
  • dans tous les cas, il convient de regarder à droite et à gauche avant de franchir le passage.
     

« Ne devenez pas le cauchemar d’un autre. S’introduire sur les voies est strictement interdit et extrêmement dangereux. Ne risquez pas votre vie ».

La dernière campagne choc de SNCF Réseau, « 02h38 », a pour objectif de faire prendre conscience des risques ferroviaires et d’infléchir les comportements dangereux chez les jeunes. Pour cela, elle s’appuie sur un film en réalité virtuelle de 2 minutes plaçant le jeune en situation de témoin d’un accident de heurt en ligne, témoin qui revit chaque nuit à 02h38 le cauchemar de l’accident.

La campagne 2h38 a remporté 2 prix :

  • le 13 novembre : le Challenge de la Journée du Transport Public, organisé par le GIE Objectif Transport Public, a récompensé la campagne 2h38 avec un prix dans la catégorie « changement de comportements »
    En savoir plus sur cette récompense
  • le 6 décembre 2018 à Dublin, l’Award de l’excellence européenne dans la catégorie Corporate Responsibiliy

Romain, conducteur de train, a subi deux accidents dans sa carrière. Il témoigne dans le cadre de la campagne 02h38. 

« On y pense toute sa carrière. C’est impossible de l’enlever de son esprit. On fait avec. » 

Romain

 

Depuis mars 2018, un camion équipé de casques de réalité virtuelle présente ce film aux lycéens les plus exposés aux risques ferroviaires. 

 

Le groupe SNCF est particulièrement investi dans la prévention auprès des jeunes au travers de son réseau d’intervenants en milieu scolaire dont la convention avec le ministère de l’Éducation Nationale a été reconduite en 2016. SNCF réseau s’appuie sur cette structure efficace pour déployer la campagne 02h38 à destination des lycéens. 

 

Les interventions en milieux scolaires

Chaque année, près de 550 agents SNCF volontaires, conducteurs, contrôleurs, agents de maintenance… interviennent en classe auprès d’environ 225 000 jeunes du CM1 à la Terminale. Le programme de prévention, appelé « Voyageur et Citoyen », permet d’aborder les risques en milieu ferroviaire et les comportements civiques à adopter dans les transports publics. Le contenu est adapté pour chaque tranche d’âge : dessins animés pour les primaires, enquêtes policières pour les lycéens. Chaque animation met l’élève dans des situations concrètes liées à son expérience quotidienne. 

Depuis 2006, plus de 2 millions de jeunes ont été sensibilisés dans des établissements scolaires en France !

  • Pour plus d’informations : ims@sncf.fr

 

 

Ce qu’il faut retenir

  • Les gens n’ont pas forcément conscience du danger que représente l’environnement ferroviaire.
  • Deux types de risques : la collision avec un train et l’électrocution.
  • 2h38, la dernière campagne choc de SNCF Réseau, immerge les lycéens dans le cauchemar du témoin d’un accident ferroviaire.

 

À consulter aussi : 

Retour en haut de page