Aller au contenu principal

Votre croissance passe aussi par nos lignes ferroviaires :

Newsroom

Un plan d'actions de 4,6 M€ pour améliorer la régularité des trains

actualité Publié le 18/02/2020 mis à jour le 18/02/2020
La régularité des trains est un objectif de qualité de service pour les clients et les heurts avec les animaux en sont un des enjeux forts pour lequel SNCF Réseau souhaite réduire leur impact sur les circulations ferroviaires. En effet en 2019, les collisions avec la faune sauvage représentent un peu plus de 3 % des incidents sur le réseau ferroviaire, soit environ 80 incidents. 380 trains ont été impactés engendrant plus de 170 heures de retard pour les trains en Bourgogne-Franche-Comté. Pour le matériel roulant, les conséquences sont importantes.

A titre d’illustration, l’activité TER Bourgogne-Franche-Comté estime que les dommages générés notamment par la faune sauvage, mais aussi par les animaux d’élevage et les incidents liés à la végétation coutent plus d’un million d’euros par an pour les réparations et l’immobilisation des trains. A titre d’exemple, en novembre 2019, suite à 13 chocs avec des animaux sauvages, 10 rames TER ont été immobilisées pour maintenance entrainant la suppression de 225 trains.

De ce fait, SNCF Réseau a engagé depuis juillet 2018 un travail conjoint avec la Fédération Régionale des Chasseurs afin d’étudier les aménagements et les actions à mettre en œuvre pour limiter ces heurts et améliorer la sécurité des voyageurs et la régularité des trains.

Le 17 février, ce partenariat s’est concrétisé par la présentation de la programmation des aménagements à réaliser sur le réseau ferroviaire de Bourgogne-Franche-Comté d’ici 2025, en présence de Jérôme GRAND, Directeur territorial SNCF Réseau de Bourgogne-Franche-Comté et Pascal SÉCULA, Président de la Fédération régionale des Chasseurs de Bourgogne-Franche-Comté.

L’OBJECTIF : RÉDUIRE LES COLLISIONS AVEC LA FAUNE SAUVAGE

Des études sur les incidents liés à la faune sauvage ont été réalisées par SNCF Réseau de 2011 à 2019 et ont permis d’identifier trois points :
- Période accidentogène : de septembre à janvier
- Plus de collisions recensées à l’aube ou au crépuscule
- Plusieurs axes sensibles identifiés en Bourgogne Franche Comté, en plus de la ligne à grande vitesse Paris - Lyon qui bénéficie déjà d’un programme spécifique : l’axe Paris – Dijon / l’axe Paris – Clermont / l’axe Dijon – Belfort

UN PARTENARIAT DURABLE ENTRE SNCF RESEAU ET LA FÉDÉRATION RÉGIONALE DES CHASSEURS DE BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ

    Cette analyse a permis d’identifier 150 km de lignes les plus fortement exposées au risque de collisions avec les animaux sauvages. En 2019, une étude de terrain fine et détaillée a été réalisée par les Fédérations Départementales des chasseurs, sous le pilotage de la Fédération Régionale des chasseurs, pour étudier les zones où traversent les animaux et proposer des aménagements adaptés à chaque situation. Au total une quarantaine de sites ont été identifiés comme pouvant faire l’objet d’aménagements ou d’interventions particulières.
    La mise en œuvre de ces aménagements nécessite un investissement de l’ordre de 4,6 M€, auxquels il faut ajouter 540 000 € chaque année pour l’entretien des installations. Chaque aménagement devra bénéficier d’un suivi particulier pendant 5 années pour en vérifier l’efficacité. En effet, chaque site est équipé soit d’un appareil photo, soit d’une caméra afin de pouvoir évaluer les incidences de chaque aménagement sur les déplacements des animaux.
    Ainsi, 5 typologies d’aménagements ont été proposées par la Fédération Régionale des Chasseurs :
    - Aménagement de la végétation pour inciter les animaux à traverser plus rapidement les voies
    - Sécurisation des zones « piège » (ex. : tranchée rocheuse) pour éviter que les animaux se retrouvent bloqués dans des zones dangereuses sans possibilité de s’échapper au moment où le train arrive
    - Concertation avec les propriétaires riverains pour mener des actions coordonnées
    - Aménagements pour guider les animaux vers des ouvrages existants pour traverser sous les voies
    - Expérimentation de dispositifs d’avertisseur sonore pour prévenir les animaux de l’arrivée d’un train
    En 2020, ces travaux représentent un investissement de l’ordre de 540 000 € sur 8 sites et 100 000€ d’études complémentaires et de suivi, soit 640 000 € au total sur le périmètre Bourgogne-Franche-Comté.
     

    CHIFFRES CLÉS

    80

    incidents avec la faune sauvage en 2019

    40

    sites à aménager

    150 km

    de lignes étudiés

    4,6 M€

    d’investissements nécessaires sur 5 ans pour 150 km de ligne

     

    Retour en haut de page