Aller au contenu principal

Votre croissance passe aussi par nos lignes ferroviaires

Electrification de la ligne Paris-Troyes

Le projet d’électrification de la ligne Paris-Troyes fiabilisera les déplacements quotidiens entre l’Aube, la Seine-et-Marne et la capitale.

Le projet d’électrification de la ligne Paris-Troyes fiabilisera les déplacements quotidiens entre l’Aube, la Seine-et-Marne et la capitale.
Il permettra, à terme, à des trains plus modernes de circuler sur la ligne pour plus de confort, et participera à l’attractivité des territoires desservis. Passer de la traction diesel à l’énergie électrique entraînera une diminution de la pollution de l’air et une réduction significative des émissions de gaz à effet de serre.

 

  • Les travaux d'électrification

Sur 72 km de double voie de Gretz-Armainvilliers à Nogent-sur-Seine et sur 7 km de voie unique de Longueville à Provins, le projet nécessite d’implanter près de 3 000 poteaux supportant le fil caténaire,
de dérouler 230 km de fil d’alimentation électrique des futurs trains et d’adapter toute la signalisation ferroviaire de la zone.L’alimentation en courant 25 000 volts de ces secteurs se fera depuis l’actuelle sous-station électrique de Coubert, via une liaison souterraine déployée jusqu’aux nouveaux postes électriques à construire.

  • Adaptation des ponts routiers

Pour respecter le gabarit nécessaire au passage des trains, tout en ajoutant le système caténaire sous les ponts routiers, il faut réaliser d’importants travaux de génie civil sur 20 ponts (démolition, reconstruction, réhaussement…). Des grilles de protection seront posées sur tous les ponts pour prévenir tout risque électrique. Enfin, en anticipation des phases ultérieures du projet, 4 ouvrages de franchissement seront adaptés au gabarit électrique ferroviaire sur les communes de Romilly-sur-Seine, Barberey-Saint-Sulpice, La-Chapelle-Saint-Luc et Troyes.

  • Suppression du Tunnel des Bouchots

Situé sur la commune de Saint-Loup-de-Naud en Seine-et-Marne, le tunnel des Bouchots, d’une longueur de 105 m, supporte actuellement le chemin rural n° 9. Les contraintes de dégagement du gabarit ferroviaire
imposent sa démolition pour le remplacer par une tranchée à ciel ouvert. Un passage sera aménagé au-dessus des voies ferrées pour permettre le franchissement du chemin rural et le passage de la faune.

 

MONTANT DES TRAVAUX DE LA PHASE 1 : 176,5M€

 

  • Ligne en exploitation et travaux

Les travaux sont réalisés sur une ligne ferroviaire en exploitation. Ils auront lieu principalement la nuit pour limiter au maximum les perturbations du trafic ferroviaire. Toutefois, des interruptions temporaires de circulation des trains seront nécessaires en fin de soirée et certains week-ends.

Les travaux d’ouvrages d’art et la démolition du tunnel des Bouchots nécessiteront la fermeture de la ligne durant environ 6 semaines pendant l’été 2019.

Au cours des périodes d’interruption, la circulation des trains sera modifiée et un service de substitution sera mis en place. De même, un itinéraire de déviation routière est défini pour chaque pont durant toute la période de leur fermeture pour travaux. Une information clientèle sera déployée dans les gares et sera accessible sur les blogs de ligne, l’appli SNCF, ainsi que les sites www.transilien.com et www.ter.sncf.com/grand-est.