Aller au contenu principal

Nouvelles opportunités pour le rail domestique

Un marché ouvert dès 2019

Sont concernées d’abord par ce changement les lignes régionales, dès le 3 décembre 2019, puis, en 2021 celles à grande vitesse. Deutsche Bahn, Trenitalia, SNCF Mobilités, et d’autres entreprises encore, pourront circuler sans distinction sur le réseau français.

Cette ouverture vise à donner au ferroviaire une nouvelle dynamique et une meilleure efficacité. Chez nos voisins Allemands, l'ouverture a été bénéfique, entraînant plus de fréquentation et des services améliorés, sans hausse systématique du prix pour les passagers.

"Nous devons préparer le réseau haute performance de demain et accompagner tous les clients actuels et futurs avec un nouveau regard sur les mobilités et sur le rôle de gestionnaires d’infrastructure, qui doit devenir un partenaire incontournable des régions et des entreprises de transport." 

Edouard Philippe, 1er Ministre, mai 2018

 

L’Europe a engagé, dès le début des années 1990, un processus de libéralisation du rail dont l'ambition a été de développer les circulations ferroviaires entre les pays membres. L’ouverture du marché Voyageurs domestique constitue une nouvelle étape dans la construction d’un marché du rail européen harmonisé.

Le calendrier de l’ouverture

L'ouverture du marché a d'abord concerné le fret sur les lignes internationales puis nationales. En 2005, un premier train privé a circulé entre Dugny-sur-Meuse et Völkingen, en Allemagne. En 2009, la libéralisation touche le transport international de voyageurs, avec, en 2011, le premier train transfrontalier à rouler en France sans appartenir à SNCF, un Paris-Venise de Thello. Dès 2020, l’accès aux lignes à grande vitesse sera possible pour toutes les entreprises ferroviaires. Quant aux lignes régionales, les premiers appels d’offres des régions sont attendus pour 2019 mais rendus obligatoires dès 2023.

Faire émerger un espace ferroviaire unique européen

Pour favoriser la fluidité entre les états européens, la Commission européenne veut homogénéiser les réseaux d’un pays à l’autre. Cela passe par des normes de sécurité et des infrastructures compatibles. D'où la mise en place de méthodes et d'outils de signalisation communs, l'ERTMS 2 (European Rail Traffic Management System) en tête. C’est ainsi que pourront se multiplier les liaisons entre les grandes villes d'Europe sur des lignes Grandes Vitesse. 

Le train, moyen de transport de masse, rejette peu de particules polluantes comparé aux autres grands moyens de transport en commun. Libéraliser le train et ouvrir à des compagnies étrangères notre réseau national, c'est une vision en cohérence avec l’idéal européen : favoriser la mobilité des personnes et des biens au sein de l’espace européen.

L’exemple allemand

De l'autre côté du Rhin, la libéralisation du secteur ferroviaire s'est faite dès 1994, après que l’état Allemand ait pris à sa charge les 35 Mds€ de dettes de la Deutsche Bahn. 

Les Landers reçoivent une subvention de la part de l'état fédéral à hauteur de 7Mds€ pour les trains régionaux, puis confient leurs lignes à des opérateurs publics ou privés via des appels d'offre. Les grandes lignes peuvent être exploitées par plusieurs opérateurs en même temps, comme entre Hambourg et Cologne. 

Plus de vingt ans plus tard, l’entreprise historique est toujours en situation de leader sur son réseau domestique, avec 70% de part du marché régional et 90% des grandes lignes.

Moderniser le réseau 

L’ouverture est un levier de croissance pour SNCF Réseau qui, en plus d’être gestionnaire d'infrastructures, sera désormais fournisseur de services et pivot du système ferroviaire. L’occasion, pour l’entreprise, de renforcer son offre. 

C’est une nouvelle culture qui se met en place, qui se traduit par un changement d’état d'esprit, de perspective et un rapport nouveau aux utilisateurs du réseau.

Les équipes commerciales de SNCF Réseau planchent sur l'optimisation du réseau existant en donnant la priorité aux transports du quotidien et à la création de services utiles et performants pour ses clients, notamment à travers l’utilisation de la donnée.

Une nouvelle direction générale Clients & Services voit le jour pour répondre à cette évolution et anticiper les nouveaux besoins des entreprises de transport. C’est une révolution pour les experts du réseau, et une montée en compétence.

 

Ce qu'il faut retenir

  • Un moment clé pour le ferroviaire national qui doit s’imposer comme transport d’avenir et saisir de nouvelles opportunités.
  • L'ouverture à la concurrence, un projet européen qui vise à favoriser les circulations ferroviaires entre les états membres.
  • Le développement d’un ferroviaire digital, plus performant et tourné vers ses clients.
Retour en haut de page