Aller au contenu principal

Votre croissance passe aussi par nos lignes ferroviaires

Newsroom

Pôle d'échanges multimodal de Nantes : SNCF Réseau sur tous les fronts

actualité Publié le 24/06/2020 mis à jour le 24/06/2020

Les travaux de la nouvelle gare de Nantes touchent à leur fin. L’occasion de faire le point sur les travaux menés par SNCF Réseau avec Nicolas Leterrier, le pilote de l’opération.

Quelle a été la part de SNCF Réseau dans les travaux du nouveau pôle d’échanges multimodal (PEM) de Nantes ?
Elle porte sur deux types de grands chantiers différents : d’une part, les travaux qui ont préparé et accompagné la création de la gare mezzanine, le projet de Rudy Ricciotti, le plus visible, et d’autre part les travaux de libération des emprises ferroviaires au sud de la gare. Dans les deux cas, nous avions pour objectif principal qu’il n’y ait aucun impact sur les circulations ferroviaires. L’objectif a été tenu, l’activité a continué comme à l’ordinaire ou presque, dans des conditions optimales de sécurité.

SNCF Réseau a préparé et accompagné les travaux de construction du nouveau cœur de gare, sans arrêt des circulations ferroviaires.

 Les nouveaux quais, ascenseurs et escalators.

Comment avez-vous vécu la crise du covid-19 ?
Nous avons été impactés, comme tous les chantiers. Mais avec assez peu de retard, puisque nous avons repris les travaux avant la fin du confinement, dans le respect des gestes barrières pour nos équipes et bien sûr avec l’accord des autorités publiques. C’était essentiel : nos travaux conditionnent toute la réalisation du PEM et il est difficilement envisageable de ne pas tenir nos engagements sur le calendrier.

Je suppose que vous avez mis les bouchées doubles…
Nous étions organisés pour travailler de toute façon jour et nuit. Nous avons pu avancer en essayant de produire le moins de nuisances possible, notamment le bruit des engins. Par exemple, nous avons travaillé en relation constante avec l’hôtel Mercure situé à proximité immédiate de la gare, pour accorder au mieux nos plannings travaux avec ceux de la location des chambres.

Les travaux menés par SNCF Réseau ont mobilisé combien de personnes ?
Environ une centaine, 40 % sur la phase préparatoire de la gare mezzanine, 60 % sur la libération des emprises ferroviaires au sud. Avec une variété importante de métiers, des fonctions administratives et comptables jusqu’aux compagnons sur le terrain, en passant par les ingénieurs, les spécialistes de la signalisation, de l’énergie électrique ou des télécommunications (avec un renfort national spécifique pour ce dernier cas). Mais tout a été géré et piloté directement par SNCF Réseau Bretagne - Pays de la Loire, en étroite collaboration avec les architectes, les bureaux d’études, les autres entités SNCF…

Revenons sur le premier projet, en « cœur de gare » : la préparation et l’accompagnement des travaux de la gare mezzanine.
Cette mezzanine – une vraie rue commerçante – a été construite au-dessus des voies ferrées et des quais, alors que circulaient trains et voyageurs. Sa construction nécessitait de préparer le terrain et de l’accompagner « au fil de l’eau », à mesure qu’elle progressait. Par exemple, il a fallu adapter les quais, notamment leur hauteur, pour permettre l’accès des engins de construction. Ou déplacer ponctuellement les caténaires, les éléments de signalisation, ou encore les réseaux électriques et de télécommunication sous les quais. Adapter l’éclairage, etc. Au total, nous avons géré dix phases successives du plan de voies !

Est-ce terminé ?
Quasiment. Nous procéderons en septembre aux derniers essais de signalisation ferroviaire.

Et l’autre partie, la libération des emprises ferroviaires au sud de la gare ?
C’est une partie très intéressante, ne serait-ce que parce qu’elle concerne un périmètre qui dépasse, et de loin, celui que connaît le public. Et aussi parce que ces travaux se passent en amont du projet global PEM, dès 2017. Il fallait commencer par eux pour pouvoir lancer le cœur de gare.

Par exemple ?
Nous avions des bâtiments au sud de la gare, hors du périmètre voyageurs, qu’il a fallu détruire. Leurs activités – vitales – ont été transférées plus loin. Par exemple le CREM [Centre de réparation des engins motorisés], c’est-à-dire l’atelier de maintenance des voies, de la signalisation, des caténaires, des engins ferroviaires, qui occupe une centaine de techniciens 24 heures sur 24, est désormais installé dans deux superbes bâtiments modernes, en bois naturel, sur notre site de La Moutonnerie.

Le nouveau centre technique, une architecture moderne et durable qui privilégie le bois naturel

Vue sur l’un des ateliers de réparation du CREM

Que deviennent les emprises libérées ?
Ces espaces fonciers intègrent le projet urbain de Nantes Métropole pour le pôle sud de la gare. Là où il y avait le CREM, il y aura demain la continuité du boulevard de Berlin et la ligne de transports en commun C5.

D’autres exemples ?
Oui, le déménagement du centre de formation « circulation » des Pays de la Loire. Ou, beaucoup plus sensible, le transfert du centre télécoms SNCF dans le quartier Pré-Gauchet, une belle réalisation architecturale et technique, parfaitement intégrée dans l’îlot.

Quel a été le budget de ces opérations ?
Environ 6,8 M€ pour la première partie. La seconde se divise en 10,4 M€ pour le transfert et la construction du nouveau CREM, et 10,5 M€ pour le centre de télécoms.

J’imagine que vous et vos équipes tirez une certaine fierté de ces réalisations en cours d’achèvement ?
Il y a de quoi ! Ce n’est pas tous les jours que nous avons l’occasion de participer à une réalisation de cette ampleur, en collaboration avec un architecte prestigieux, en mobilisant et en coordonnant autant de talents, tous les savoir-faire de nos équipes… C’est l’avenir du ferroviaire qui se construit ici. Pensez qu’en 2030 le nombre de voyageurs est prévu doubler de 12 à 25 millions par an. Le nouveau PEM de Nantes sera remarquable, à tous points de vue. Y compris le point de vue sur la ville depuis la mezzanine !

 

Retour en haut de page