Aller au contenu principal

Votre croissance passe aussi par nos lignes ferroviaires

Newsroom

En Hauts-de-France, un protocole SNCF Réseau/GRDF pour réaliser les travaux sans gêner le trafic

actualité Publié le 01/04/2021 mis à jour le 01/04/2021

SNCF Réseau a signé le 1er avril un protocole de coopération inédit avec GRDF, qui vise à planifier plus en amont les travaux liés au développement du biométhane dans les Hauts-de-France. Avec pour ambition de ne pas occasionner de gêne pour le trafic ferroviaire.

Le biométhane, gaz naturel issu de la méthanisation de déchets organiques, est une énergie renouvelable en plein essor dans les Hauts-de-France. Les unités de production s’y multiplient, et avec elles, les demandes d’injection dans le réseau de gaz de ville. Mais des voies ferrées se trouvent parfois sur le trajet des canalisations à poser, et passer dessous ne s’improvise pas. SNCF Réseau doit d’abord réserver les capacités travaux et prévoir le personnel pour la réalisation du chantier, puis mettre en œuvre toutes les mesures de sécurité nécessaires pour que la plateforme ferroviaire ne bouge pas lors du forage. 

Concrètement, cela implique de programmer des interruptions de circulation ou des limitations temporaires de vitesse, et d’installer un dispositif de surveillance automatique de la stabilité de la plateforme.

C’est donc en premier lieu pour permettre à GRDF de réaliser ses installations en sécurité, de façon organisée et anticipée, sans gêner le trafic ferroviaire, que la Direction territoriale des Hauts-de-France chez SNCF Réseau a proposé la mise en place d’un protocole.

 

Double satisfaction pour l’autorité organisatrice de transport

Tout est parti d’un constat : les échéances de GRDF sont souvent plus courtes que celles de SNCF Réseau. Jusqu’ici, il était donc difficile de planifier la réalisation de leurs traversées sous voies, et encore plus de les inscrire dans le calendrier des chantiers déjà programmés sur les lignes. On n’interrompt pas comme cela le trafic des voyageurs et des marchandises.

D’un autre côté, le gestionnaire d’infrastructures avait du mal à refuser ces travaux : le développement du biométhane, nouvelle filière économique créatrice d’emplois et de valeurs pour le territoire, fait autant partie des objectifs de la Région que la garantie d’un service de transport stable et de qualité. 

Le protocole qui vient d’être signé doit ainsi éviter au conseil régional d’avoir à choisir entre ces deux priorités. Comment ? Grâce à la création d’un binôme entre les deux entreprises, qui se réunit tous les deux mois pour faire le point sur les projets en cours et à venir.

Nathalie Darmendrail, directrice territoriale SNCF Réseau Hauts-de-France a signé le protocole avec Jean Michel Lasserre, son homologue de GRDF.

Nathalie Darmendrail, directrice territoriale SNCF Réseau Hauts-de-France a signé le protocole avec Jean Michel Lasserre, son homologue de GRDF.

 

« Notre rôle : trouver des solutions »

Samuel Liétin, responsable ouvrages d’art et ouvrages en terre au sein de l’équipe Axe Paris Hauts-de-France chez SNCF Réseau :
« Ce protocole officialise et précise une organisation que nous avons commencé à mettre en place dès octobre 2020, suite à plusieurs demandes de forages particulièrement urgentes. Avec mon binôme de GRDF, nous nous réunissons tous les deux mois pour faire le point sur les chantiers envisagés et en cours. Nous voyons comment les travaux prévus par GRDF peuvent s’inscrire dans notre cycle de programmation et, quand ce n’est pas possible, nous cherchons des solutions. Un exemple : GRDF souhaitait traverser la LGV Nord Europe, mais les fortes contraintes de sécurité sur cette ligne ne permettaient pas de répondre à leur demande avant 2024. Nous avons trouvé un autre point de passage : en détournant de quelques centaines de mètres le parcours des canalisations, celles-ci pourront passer sous un pont-rail dès 2022, donc être mises en service au plus tôt. »

 

Lire le communiqué de presse

Retour en haut de page