Aller au contenu principal

Votre croissance passe aussi par nos lignes ferroviaires

Newsroom

L’État investit dans le fret ferroviaire

actualité Publié le 12/11/2021 mis à jour le 12/11/2021

L’État, représenté par le premier ministre Jean Castex, et SNCF Réseau ont signé quatre conventions de financement de projets au service du fret, d’une valeur totale de près de 47 millions d’euros. Retour sur cette signature qui a eu lieu vendredi 22 octobre, au Boulou (66), dans le cadre du volet ferroviaire de « France Relance ».

« Je me réjouis de cette signature qui va nous permettre de réaliser nos objectifs communs : rendre le fret ferroviaire plus attractif, avec des offres de services toujours plus adaptées aux attentes de nos clients, développer les trafics de fret ferroviaire en France et en Europe, ainsi que répondre aux enjeux de report modal essentiels pour réduire notre empreinte carbone », a déclaré Luc Lallemand, Président de SNCF Réseau, à l’issue de cette journée événement.

Ces quatre conventions portent respectivement sur :

  • L’accélération de la régénération des voies de service en France, essentielles au fonctionnement robuste du fret ferroviaire. 
  • L’amélioration de la réponse aux besoins des entreprises ferroviaires, grâce au développement d’un service digital d’automatisation de la commande de sillons de dernière minute, première pierre du grand chantier de digitalisation qui va simplifier et fluidifier les échanges entre SNCF Réseau et ces entreprises.
  • Le développement de l’infrastructure de chargement/déchargement du terminal ferroviaire du Boulou, qui accueille notamment les transports de semi-remorques de la compagnie de transport ferroviaire VIIA. L’un des objectifs poursuivis est d’encourager les trafics de fret en provenance et à destination de l’Espagne, qui reposent encore majoritairement sur la route.
  • La modernisation de la ligne Dijon-Ambérieu, afin d’accueillir davantage de trains.

Cette signature répond aussi à l’objectif fixé par la Stratégie nationale pour le développement du fret ferroviaire que le gouvernement a présentée en septembre 2021, et qui doit contribuer à doubler d’ici à 2030 la part du mode ferroviaire dans le transport de marchandises en France.

Le train des primeurs repart 

Ce même jour a été marqué par la relance du « train des primeurs ». L’État a choisi le groupement Rail Logistics Europe (RLE) pour assurer le nouveau flux logistique entre la région Occitanie et I’Île-de-France. L’axe Perpignan/Marché de Rungis, à l’arrêt depuis 2019, sera officiellement relancé début novembre avec Fret SNCF aux commandes. Composés de 12 wagons réfrigérés spécialement rénovés, les trains de fruits, légumes et produits secs circuleront du lundi au vendredi pendant huit mois de l’année  L’offre d'autoroute ferroviaire VIIA devrait, quant à elle, démarrer dans les mois qui viennent entre Le Boulou et Gennevilliers. Les chargeurs pourront affréter leurs semi-remorques chargées de produits de grande consommation sur les wagons, à raison de trois allers-retours par semaine dans un premier temps. Un dispositif qui permettra au total d'éviter l’émission de plus de 25 000 tonnes de CO2 chaque année.

 

Retour en haut de page