Aller au contenu principal

Votre croissance passe aussi par nos lignes ferroviaires :

Newsroom

Enquête sur le déplacement des actifs en Provence-Côte d’Azur

actualité Publié le 04/04/2016
Découvrez les résultats de l'enquête menée par SNCF Réseau/ IFOP sur les déplacements des actifs en Provence-Côte d’Azur.

Profil des actifs et des déplacements au quotidien

Les usagers de la route et des transports en commun en Provence-Côte d’Azur résident pour 88% d’entre eux dans une agglomération de plus de 100 000 habitants (pour 47% au niveau national) et 56% travaillent dans leur commune de résidence (pour 36% au niveau national).
La voiture est le moyen privilégié pour 59% des actifs (70% au niveau national).

Les actifs parcourent 34 km par jour en moyenne (35 km au niveau national) et leur temps moyen de déplacement est de 52 minutes, soit 9 minutes de plus que la moyenne nationale (43 minutes).
 

Des difficultés de circulation au quotidien

Près des 2/3 des actifs (65%) rencontrent des difficultés pour se déplacer, 1/3 (31%) connaissent même beaucoup de difficultés. Une situation particulièrement ressentie dans les Bouches-du-Rhône et les Alpes-Maritimes (2/3 des actifs interrogés).
En conséquence : 1 actif sur 2 est exaspéré par les problèmes de circulation.
 

Qui impactent la vie professionnelle et personnelle

Cette situation impacte au quotidien les habitants des territoires du littoral avec des conséquences dans la vie personnelle ou familiale :

  • augmentation du stress et de la fatigue (69%)
  • retards fréquents (41%)
  • horaires décalés par rapport à leur famille (30%)
  • frais supplémentaires (24%)
  • problèmes de gestion des enfants (21%)

Professionnellement, 41% des actifs connaissent une baisse de leur efficacité au travail à cause du stress et de la fatigue, 38% subissent des retards fréquents pour se rendre à leur travail et 1/5 manquent des rendez-vous à cause de ces retards.

Plus largement, les territoires des métropoles marseillaise, toulonnaise, niçoise et de la Côte d’Azur sont impactés dans leur dynamique d’attractivité : 42% des actifs éprouvent un sentiment de dégradation de leur environnement et leur cadre de vie, 23% un sentiment de désorganisation de leur travail et 15% une perte d’attractivité du territoire.
 

Des craintes que les conditions de circulation continuent à se dégrader

Près de 60% des actifs estiment que les conditions de circulation se sont dégradées ces dernières années. Une perception particulièrement forte sur le Pays d’Aubagne et de l’Étoile (69%), Monaco (69%), et le Pays de Grasse (69%).
Les raisons évoquées pour cette dégradation sont : l’augmentation du trafic routier (66%), les problèmes liés à la voirie et aux travaux (54%), le manque de développement des modes de transports collectifs et alternatifs (22%) et les comportements des automobilistes (20%).

43% des actifs pensent que la situation va se dégrader dans les 5 années à venir
Cette perception varie en fonction des territoires : dans le Var, 55% des actifs envisagent une dégradation, 45% dans les Alpes-Maritimes et 36% dans les Bouches-du-Rhône.

Pour les actifs, cette tendance négative est la conséquence de l’augmentation du nombre de véhicules (93%), de l’absence de solutions portées par les autorités publiques (84%), de l’inadaptation des services offerts par les transports en commun (64%) et du manque de transports en commun (60%).

Les actifs pensent qu’il y a des réponses efficaces possibles notamment par l’accroissement et l’amélioration des réseaux de transports en commun (70%), du réseau autoroutier (39%), de la connexion des différents modes de transports (27%).

Les collectivités les plus attendues pour relever ces défis sont la Région (27%) pour les problèmes à grande échelle et la commune (26%) pour les aspects de proximité.
 

Méthodologie de l'enquête

Enquête réalisée par l’IFOP par téléphone du 25 au 28 janvier 2016 auprès d'un échantillon régional représentatif de 1 200 personnes selon la méthode des quotas. Zone d’étude : agglomérations urbaines et littoral Provence-Alpes-Côte d’Azur.

 

Chiffres clés

  • Un temps moyen de déplacement quotidien des actifs de 52 minutes,  supérieur à la moyenne nationale (43 minutes)
  • Un actif sur deux exaspéré par les problèmes de circulation
  • 59% des actifs estiment que la situation s’est dégradée ces dernières années
Retour en haut de page