Aller au contenu principal

Votre croissance passe aussi par nos lignes ferroviaires

Newsroom

Donges : création d'un nouveau tracé pour éloigner les trains de la raffinerie

actualité Publié le 14/11/2022 mis à jour le 15/11/2022

Rare par sa nature, complexe par ses enjeux multiples, l'opération de contournement des sites industriels de Donges (44) vient de franchir un cap important avec la première étape de mise en service. Retour sur un projet d'envergure où se mêlent enjeux de sécurité, enjeux économiques, sociaux et environnementaux.

Une ligne attractive mais exposée

Avec plus de 16 millions de voyageurs en 2019, la ligne Nantes-Le Croisic joue un rôle majeur pour la desserte périurbaine et littorale de la Loire-Atlantique, et plus largement des Pays-de-la-Loire. C'est aussi un axe important pour le transport de marchandises depuis le Grand Port maritime de Nantes-Saint-Nazaire. Pourquoi, s'agissant d'une infrastructure aussi structurante, la décision a-t-elle été prise de modifier son tracé ?

En premier lieu, pour répondre à un enjeu de sécurité. En effet, le site industriel de Donges s’est progressivement étendu sur le territoire de part et d’autre de la ligne ferroviaire. Aujourd’hui, la ligne traverse un site de 350 hectares où se trouve en particulier la raffinerie TotalEnergies de Donges, comme l’explique son ancien directeur, Philippe Billant : « nous avions une situation unique en France, avec cette voie de chemin de fer qui traversait un site Seveso (1) et plus de 60 trains par jour. Grâce au contournement ferroviaire, nous allons traiter deux sujets : la sécurité des passagers et la modernisation du site, dont la poursuite nécessitait d'avoir réglé le premier problème. » 

À la suite d'études ayant mis en évidence les risques auxquels étaient soumis les voyageurs, l'État, TotalEnergies et SNCF Réseau ont initié le projet d'une nouvelle section de voie ferrée de 4,5 km contournant les installations industrielles.  

 

Au bénéfice des habitants et des industriels

On estime que le contournement va conduire à une diminution par dix des risques liés à la traversée du site par des convois ferroviaires. Mais là n'est pas le seul objectif poursuivi. La nouvelle halte créée près du centre-ville de Donges – à la place de celle qui se situait à proximité immédiate des installations industrielles – va faciliter les déplacements des habitants. Et cela, grâce à une meilleure connexion avec le réseau de transport collectif, les équipements publics et les principaux secteurs d’habitation. Le projet conduit par SNCF Réseau bénéficiera aussi aux industriels. À TotalEnergies, qui pourra se développer sur les délaissés fonciers cédés à l'issue des travaux. Et au Grand Port maritime de Nantes-Saint-Nazaire, qui a tout à gagner au développement des sites attenants.

 

Priorité aux enjeux environnementaux et humains locaux

Après la concertation préalable réglementaire conduite à partir de 2015, SNCF Réseau et ses partenaires ont souhaité poursuivre les échanges avec l'ensemble des acteurs du territoire, pour intégrer l’ensemble des enjeux du territoire. Une attention très forte a été accordée à la prise en compte des enjeux environnementaux, le site de Donges se situant au sein de l’estuaire de la Loire, et aux enjeux humains, pour répondre aux besoins des habitants .

C'est ainsi qu'une concertation continue s'est mise en place avec les riverains, les élus, les entreprises, les associations locales et environnementales, les agriculteurs, etc. pendant toute la durée du chantier. De quoi recueillir les avis et suggestions, réfléchir collectivement aux mesures d'évitement et de compensation des nuisances et présenter son avancement. Ce parti pris d'ouverture et d'attention aux enjeux humains locaux s'est également traduit dans le domaine de l'emploi. Plus de 36 000 heures d'insertion sociales ont été réalisées – contre 25 000 heures envisagées au début du projet –, soit 143 contrats de travail.

 

Tout pour mener un chantier responsable

Pendant trois ans et demi de travaux, SNCF Réseau a déployé des mesures d'accompagnement afin de diminuer les désagréments générés par le chantier. La limitation des nuisances sonores a fait l'objet d'une vigilance particulière (matériels et engins silencieux, horaires adaptés, etc.), de même que la maîtrise des impacts sur la circulation routière. L'entreprise s'est aussi engagée à préserver le plus possible le cadre de vie des riverains. « Je suis reconnaissant aux équipes de SNCF Réseau et aux entreprises qui ont mené à bien ce projet en veillant à sa bonne insertion urbaine, environnementale et paysagère », explique Christophe Huau, Directeur territorial SNCF Réseau.

D'où, par exemple, le choix d'utiliser les volumes de terre déblayés pour créer 7 « merlons » paysagers qui, planté d'arbres hauts, servent d'écran visuel et acoustique. Le milieu naturel n'a pas été oublié : installation de bâches pour protéger les reptiles et amphibiens des engins de chantier, phasage tenant compte des périodes sensibles pour les espèces présentes sur le territoire ou encore reconstitution d'habitats favorables à la biodiversité.

 

[1] La directive Seveso impose aux États membres de l’Union Européenne d’identifier les sites industriels à risque pour y maintenir un haut niveau de prévention. Les sites Seveso produisent ou stockent des substances pouvant être dangereuses pour l’homme et l’environnement. Ils sont soumis à une réglementation très encadrée qui vise à identifier et à prévenir les risques d’accident pour en limiter l’impact.

 

En savoir plus sur le chantier de ce nouveau tronçon ferroviaire

 

Un financement multi-acteurs

Le budget global du projet est de 160 millions d'euros . Financeur dans le cadre du contrat de plan État-Région et du Contrat d'avenir, l'État contribue pour un tiers du montant global. TotalEnergies prend à sa charge le deuxième tiers. Le troisième se répartit entre les collectivités locales : région des Pays-de-la-Loire, département de Loire-Atlantique, communauté d'agglomération de la Région Nazairienne et de l'Estuaire. À noter : l'Union européenne, le Grand Port maritime de Nantes-Saint-Nazaire et la ville de Donges ont participé au financement des études préliminaires.  

 

Retour en haut de page